Exondation (Low tide), 2018
130 x 420 cm – fil extrait de costumes de carnaval, écorce de palmier, chintz – matériaux collectés à Basse-Terre, Guadeloupe golden thread taken from carnival costumes, palm tree bark, chintz fabric – materials collected in Basse-Terre, Guadeloupe





Deux ouragans passent sur l’île. En février, celui, culturel, des défilés du carnaval ; d’août à novembre, la saison des cyclones.

Within a year, two types of hurricanes pass through the island. In February, the carnival ignites all the Caribbean ; from august to November runs the cyclone season.



Images, de gauche à droite : débris de palmier du fait des dégâts causés par l’ouragan Maria, en 2017. Fil doré extrait de costumes de carnaval et embobiné. Pictures, from left to right : palm tree debris, left on the ground by hurricane Maria in 2017. Golden thread taken from carnival costumes and reeled. 

Photos de la pièce / pictures of the work ︎
France-Antilles #1, 2018,
50 étiquettes à coller sur le journal France-Antilles (19 x 3 cm) et une affiche (84 x 119 cm)
Une collaboration avec Elie Petit, journaliste, auteur
50 tags to stick on the newspaper France-Antilles (19 x 3 cm) and a poster (84 x 119 cm)
In collaboration with Elie Petit, journalist, writer



Le journal local officiel de Martinique et de Guadeloupe, France-Antilles, a été créé par De Gaulle en 1964. Son titre n’a jamais changé depuis, et reflète encore les positions politiques ambigües de ce dernier vis-à-vis de l’Outremer. Outre des étiquettes inversant le titre du journal, j’ai composé une affiche. Cette dernière agence, en y trouvant des échos, des articles du journal éponyme, des témoignages d’habitants rencontrés sur place et des extraits de journaux indépendantistes des années 80. Des sujets similaires se croisent, faisant se rencontrer des points de vue radicalement différents.

France-Antilles, the official newspaper of Martinique and Guadeloupe, was created by De Gaulle in 1964. Its title has never changed since then and still reflects his ambiguous political positions towards the French overseas departments. After creating stickers which reverse this title, making it sound as “anti-France”, I composed a poster. Looking like a score, it combines testimonies from some inhabitants of Guadeloupe, articles from France-Antilles and other ones from communist or pro-independentists Caribbean newspapers from 1960 till now. Similar subjects meet while creating the encounter of radically different points of view.





Images, de gauche à droite / Pictures, from left to right : Aspects de la Guadeloupe, n°1, avril/april 1954. France-Antilles Guadeloupe n°1, 18 février 1965/february 18th, 1965. Etudes Guadeloupéennes n°10, Mai 67 : entre mythes et réalités/May 67, between myths and reality, Merion Julien, 2008.

Photos de la pièce / pictures of the work ︎



Araser (Levelling), 2018
jus de fleur de groseille, sel - série de douze dessins sur papier, 38 x 56 cm chacun redcurrant flowers juice, salt - series of twelve drawing on paper, 38 x 56 cm each





Les habitants de la Guadeloupe se plaig­nent souvent du mauvais état des routes. Ils accusent l’état français de ne pas assez s’im­pliquer envers les départements d’Outremer, et nombre d’entre eux réclament l’indépen­dance. Mais cela est pour le moment rendu impossible par l’import-export agricole vers la France, dont dépend la majeure partie de l’économie de l’île. Des cultures locales se développent en réaction à cela. L’une d’elles concerne la groseille, dont le jus est une boisson très répandue. C’est donc avec ce dernier que j’ai représenté quelques-unes des failles observées sur les routes.

Guadeloupe’s inhabitants often complain about the poor conditions of the road. They blame French government for not taking care enough of the overseas department, and not considering their special weather conditions. Some of them ask for independence, at least for autonomy, which is impossible for the moment, since the island’s economy largely relies on agricultural export-import with mainland France. In response to this, local farming develops. Redcurrant flowers, often used for their juice, are part of these cultivations. I used this juice to draw some of the faults I’ve seen on the roads.


Images, de gauche à droite : groseille-pays, un fruit très utilisé pour la fabrication du bissap en Guadeloupe. Fabrication de l’encre de groseille par macération. Deux failles des routes de Basse-Terre. Pictures, from left to right : redcurrants, often used in Guadeloupe to make a juice called “bissap”. Making of an ink, using the redcurrants flowers. Two examples of the damaged roads of Basse-Terre.


Photos du travail / pictures of the work ︎
Une théorie de la créolisation (a theory of creolisation), 2018
enregistrement sonore, 13’54’’, impression format A4
audio recording, 13’54’’, A4 print


Lors de mes interventions auprès des élèves de l’école Renaud David, Pointe-Noire, Guadeloupe, les enfants de la classe de CM1-CM2 ont souhaité m’apprendre le créole. Leur approche grammaticale, familière, familiale ou historique, était toujours consciencieuse et précise. En retour, curieuse de leurs avis, je leur ai fait découvrir des articles universitaires sur la formation des créoles à partir de langues africaines et du français. Lona, Alicia et Miléna ont été déçues d’apprendre qu’il n’en existait pas de traduction en créole, directement adressée aux habitants des Antilles.
Elles ont voulu tenter une traduction in vivo de ces articles, que je leur ai par la suite demandé d’enregistrer entre elles.

As I was giving a workshop at Renaud David primary school in Pointe-Noire, Guadeloupe, some of the kids teached me the Creole they were speaking. While they used different approaches (grammatical, historical, funny or even vulgar), they always were conscientious and precise. Once, I brought them academic articles about how creole was built from French and African languages. Lona, Alica and Milena were disappointed to hear that no Creole translation of these articles existed, thus it couldn’t reach some of the inhabitants of the Caribbean.
They tried to give me an instant translation of it, which I asked them to record themselves.





Extraits d’ Une théorie de la créolisation, Chaudenson Robert, dans Etudes Créoles, vol. XXV, 2002
Extracts of A theory of creolisation, Chaudenson Robert, in Creole Studies, vol. XXV, 2002


Photos du travail / pictures of the work ︎